A la recherche des voleuses du temps de travail

Au petit matin, la ville silencieuse regardait les murs de la cathédrale se teinter doucement de lumière et le jet d’eau lancer ses rasades matinales aux mouettes facétieuses.

Le poète venait de perdre sa muse, le tyran son épouse dévouée, et les enfants encore endormis se retrouvèrent sans mères. Mais ils ne le savaient pas, du moins encore pas. Elles étaient parties, pour la plupart, envolées, disparues. Sans traces.

Au petit matin, encore chauds d’une nuit d’amour ou de violence, les hommes se réveillèrent démunis, et ni la colère, ni la tristesse, ni le chaos qui s’ensuivit ne devait ramener les voleuses.

Eric Lemonarc se réveilla aux voix geignardes de deux enfants appelant leur mère dans un simulacre de disque rayé qui lui fit comprendre par la longueur interminable du processus, qu’elle n’était pas à portée de main.

Au pied de son lit désormais de célibataire, à gros hoquets et force larmes, son fils sanglotait. Sa fille lui hurlait de se taire, et Eric assis au milieu de son lit, aurait soudain vendu son âme à sa femme pour les faire taire.

Mamaaaannnnnn….., hurlait Antoine
Ta gueule !!!!!!!!!!!!! criait Anna.
LA FERME !!!!!!!!!, gueula Eric

Une courte déambulation, quoique répétée par trois fois afin de se confronter à l’évidence permit à Eric de constater : « Femme absente des lieux communs ».
Eric laissa un instant à peine l’étonnement affleurer aux brumes de son esprit endormi, mais d’un naturel affable et proactif, mu de plus par l’urgence de se trouver au bureau à 8 heures précises, il décida de prendre les choses en main.
Il sortit les bols pour les Cornflakes – ses enfants mangeaient habituellement des tartines de confiture mais un peu de changement ma foi c’est pas si mal – ne trouva pas les Cornflakes, rangea les bols, entrepris de faire chauffer du lait, chercha partout le cacao en poudre, jura en refermant la porte du placard sur son petit doigt, trouva le sucre en poudre, le jeta sur la table où le paquet s’ouvrit et se répandit, et décida d’une part aller déjeuner au Macdo de la gare, et d’autre part de différer son arrivée au bureau.

Ils étaient sur le point de sortir quand il reçut deux appels simultanément sur son portable. L’un venait de son ami Silvio, qui lui demandait s’il pouvait emmener ses trois enfants à l’école, l’autre de son chef Dominique, qui le prévenait qu’il arriverait en retard.
A l’école, Eric se retrouva face à un attroupement de pères mal rasés, la chemise en bataille, des tâches de Nutella sur des plis de pantalons douteux, devant des portes de classes closes, sauf celle de Monsieur Eierkopf, Directeur de cet Etablissement, toujours ponctuel.

– Je vous dis qu’il faut ramener vos enfants, on ne peut pas les garder aujourd’hui ! Le directeur, un homme pourtant habituellement souriant et organisé, semblait perdu.

– Bon, je vous laisse, je dois aller travailler », dit calmement et très directement un Monsieur au portable vissé sur l’oreille, les jambes légèrement écartées selon le langage non verbal qui lui permettait habituellement de convaincre des interlocuteurs. Il lâcha la main d’un petit gars aux fins cheveux ébouriffés, et le poussa en avant. « J’ai une urgence. Vous règlerez cela ce soir avec mon épouse. »

– Eh !Revenez ici tout de suite, nous n’allons rien régler ! Le directeur lui saisit le bras.

– Lâchez-moi ! Sale fonctionnaire ! Vacances payées, un salaire de ministre, démerdez vous ! G-E-S-T-I-O-N des impondérables, adaptation vous connaissez ?

– Je vous en foutrai, des pondérations moi, j’ai 10 enseignantes absentes, c’est un cas de force majeur !

Eric magnanime et toujours aussi proactif, s’en retourna avec 5 enfants vers sa voiture. Au bureau, ses collègues masculins avaient fait de même, ou alors avaient pris congé. Les enfants furent installés sur les tables de réunion, avec moult coloriages, chips et coca.

De travailler, point ne fut question en cette mémorable journée.

Au bout d’une semaine, des cadres qualifiés en gestion des affaires allèrent enseigner l’ABC à prix d’or.

Des chômeurs de longue durée trouvèrent des emplois comme éducateurs d’enfants (anciennement « nounou », terme jugé bêtifiant par les nouveaux employés) ou concierges de foyers (nouvelle appellation pour « femmes de ménage »).
Il y eu des reconversions professionnelles, des hausses de salaire historiques dans les professions de l’enseignement et de l’économie domestique, et des crédits pour les ouvertures de crèche furent votés en urgence de façon massive.

La seule chose qui ne put trouver de régulation, l’activité sexuelle, fut calmée à l’aide de la prostitution masculine. Des trans honnis et dénigrés furent soudain très sollicités, et de beaux jeunes hommes aux yeux langoureux devinrent des hétaïres renommées. André Gide et ses nourritures refirent surface sur les tables de chevet, parfois agrémenté du « dans ma chambre  » de Dustan.
Eric, quant à lui, se retrouva avec un jeune homme de 22 ans, tout disposé à faire le ménage, s’occuper des enfants, faire à manger, voire plus si affinités. A la fin du mois, le jeune homme lui présenta sa note de frais en détaillant les postes, comme Eric le lui avait demandé, rompant définitivement le charme du « plus si affinités » :

Facture du mois de mai (où les fleurs volent au vent) :

ménage : 2 heures par jour, 5 fois par semaine : 10 heures
garde d’enfant : de 7 heures à 8 heures, 11h30 à 13h30 et de 16h à 20h30 les jours de semaine, de 7h à 20h30 le mercredi : 35 heures
préparation des repas : ½ heure par repas, soit 7h30 hebdomadaire
rangement après repas et vaisselle : ½ heure en moyenne par repas, soit 7h30
courses : 3 heures en moyenne par semaine, temps de trajet inclus
rendez vous divers (médecin, psy, aides sociales, banques et administrations diverses, règlements de litiges fiscaux, gestions des cadeaux d’anniversaires et cartes de Noël) : 3 heures par semaine, pendant les heures d’écoles
lessive et repassage : 4 heures
horaires d’école : 24 heures
compensation affective et soutien sexuel effectué en dehors des heures régulières de travail (à raison de 3h chaque soir et ½ h avant le lever) : 17h50
NB : pouvez-vous vous rappeler désormais que mon prénom est Georges, ma date d’anniversaire le 2 mai et que vous devez vous assurer le remplacement de mes services lorsque je serai en incapacité de travail. Veuillez vous rappeler aussi qu’en Suisse, pays qui a accordé le droit de vote aux travailleuses domestiques en 1971, les employés ont droit à 5 semaines de congés payés par année. Ces éléments sont à inclure dans mon contrat de travail, sans quoi vous recevrez immédiatement ma démission, sans préavis bien sûr. Je vous ai d’ailleurs concocté une mouture que je vous prierai de signer instamment. Comme j’ai du recourir à un conseiller juridique pour établir ce contrat, je vous compte en sus une heure pour la rédaction, et deux heures de recours à mon consultant juridique (les temps de bouleversements tels que nous vivons demandent une réflexion contractuelle élargie)

La facture détaillait grosso modo un total de 70 heures effectives de travail, le soutien affectif à part. Au taux horaire de 24 CHF, le prix que payait d’ordinaire Eric sa femme de ménage, cela équivalait à un salaire brut de 6 720 CHF par mois (sans compter le soutien affectif, qui fut facturé à part, et que nous ne communiquerons pas ici, par respect pour les protagonistes, mais surtout parce que n’ayant pas eu personnellement affaire aux réseaux de péripatéticiens, nous ne connaissons pas leurs tarifs). Le taux horaire, non négociable, venait d’être imposé par la toute nouvelle branche du syndicat des professions domestiques, qui venait aussi de décréter que les heures dues l’étaient dues au titre des tâches effectuées, et tant pis si effectivement des personnes exploitées auparavant s’étaient montrées particulièrement habiles et multitâches dans l’overlapping (terme économique désignant les tâches pouvant être effectuées simultanément, comme repasser en supervisant les devoirs des enfants tout en gardant un œil sur la cuisson du rôti dans le four). Cela devait certainement, au vu d’une théorie économique du dernier cru, être du au fait que les personnes non rémunérées avait tendance à maximiser leur rendement pour disposer de plus de temps libre. Cela expliquait aussi certainement que l’employé d’Eric, s’évertuait à effectuer toutes les tâches possibles en présence des enfants, ne se montrant pas spécialement doué pour jouer avec eux, puisqu’il avait pris un second emploi pendant les 24 heures d’écoles effectives des enfants. Eric avait été assez naïf pour ne pas inclure une clause d’exclusivité dans son contrat de travail, et avait aussi largement sous-évalué les horaires effectifs de travail nécessaires, se référant à ce qu’il avait bien pu comprendre du travail de sa femme.

Eric rejoignit une branche du syndicat patronal, pour demander que son employé (qui accumulait des fautes professionnelles du au stress et au manque de formation) suive des cours de psychologie éducative, de logistique ménagère et surtout de gestion optimale du temps. Cette branche patronale réussit à négocier habilement, et à la fin de l’année, au non de l’interdépendance de certaines tâches, le salaire horaire fut abaissé à 20 chf bruts de l’heure.

Après de savants calculs, Eric, libéral à ses heures perdues, entreprit une conversion aux idées des écolos tendance ROC spectaculaire, qui comprenait un programme de réduction du temps de travail et des dépenses énergétiques : éduquer ses enfants à laver leurs habits pendant qu’ils prenaient leur bain, à étendre le linge sans plis pour éviter le fer à repasser, à manger cru pour éviter le travail de la préparation des aliments (et pour des raisons de santé évitant le recours à des médecins au lobby très efficace), coacher efficacement ses enfants pour qu’ils fassent chacun le ménage dans une pièce de l’appartement, avec des chiffons en microfibres et des balais serpillières M-Budget.

Il prit lui-même un temps partiel après qu’Antoine, en dépression suite au départ de sa mère, se fut échappé trois fois de l’école pour partir la retrouver, et qu’Anna, après de fortes baisse de ses notes en maths mettant en danger son passage au cycle, eu mis trois fois le feu à la cuisine en tentant de faire cuire des spaghettis dans l’huile de la friteuse, suite au régime éprouvant qui lui avait été crûment imposé. Le salaire demandé par son employé de maison dépassait désormais largement ses capacités financières.

Et l’amour dans tout cela ? Eric ne pouvait user de cet argument pour accroître gratuitement le soutien affectif de son employé, qui de son coté, ne souhaitait plus étendre ses compétences professionnelles à la satisfaction des besoins désormais très pressants d’Eric, qui s’exprimaient aussi bien inopinément au beau milieu de la nuit, que régulièrement à 7h du mat et 22h30 le soir, durait deux minutes et se terminaient dans un grognement d’insatisfaction et par des ronflements qui l’empêchaient de se rendormir.

Eric se retrouva au chômage au bout d’un an, son entreprise de construction ayant fait faillite. Le départ de la moitié de la population du canton microscopique avait en effet provoqué la fin de la pénurie de logement à Genève, et moult mouvements de population avaient suivi.

Eric aurait pu trouver un emploi dans une entreprise de déménagements, ou comme prestataire de sexe tarifé, mais il décida de plier bagages, de confier ses enfants à son père septuagénaire, auquel il reprocha lourdement de l’avoir si mal éduqué dans la compréhension de la psychologie féminine.

Avec son ami Silvio et son ex-chef Dominique, il partit à la recherche des voleuses de temps.
Car en fin de compte, tous trois comptaient bien essayer une dernière fois de servir en hors d’œuvre l’argument de l’amour à leurs épouses, qui devaient certainement en manquer autant qu’eux désormais.

Forts de ce dernier et émouvant argument et munis d’une liste de milliers de personnes de sexe féminin, ils furent mandatés pour sillonner le globe, et ramener, en recourant à l’amour et plus si non affinité les voleuses parties avec leur temps de travail.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s